mardi 10 juin 2014

HAMON Gwendoline. Les Dieux sont vaches

Les Dieux sont vaches. HAMON Gwendoline
Paris. 2014. JC LATTES.250 P ; Date de parution : Mars 2014
(LP 606)

Un roman
Un roman autobiographique 

Présentation de l’éditeur :
Quand Zélie apprend soudainement que Caroline, sa mère, est gravement malade, son monde s’écroule. Cette mère un peu folle-dingue, si singulière, qui l’a empêchée jusqu’à présent de se sentir « normale » aux yeux des autres et à ses propres yeux ne peut pas s’en aller « normalement » comme Madame tout le monde. Elle avait un père écrivain très connu, une mère metteur en scène de talent. Elle a été maman et épouse très jeune : l’Afrique, ses deux filles, ses amants… mais surtout sa tête était pleine de rêves qui n’appartenaient qu’à elle ; des lubies, des manies. Elle croyait aux énergies, aux forces divines et souterraines, aux médiums étranges. Elle suspendait un pendule au-dessus de la tête de ses futurs gendres et imaginait des prénoms d'indiens pour ses petits-enfants. Tellement en marge qu’elle en était aussi merveilleuse que cruelle. Forcément, les deux derniers mois passés ensemble seront différents. Et, ils le seront, grâce à un humour décapant que partagent la mère et la fille.

Gwendoline Hamon nous raconte, sa mère, son destin hors du commun et à travers elle, l'histoire de cette famille pas comme les autres, réunie, soudée autour de cette femme fascinante au moment de sa disparition, pendant ces soixante neuf jours où les dieux ont été un peu vaches.
« Elle est partie comme elle a vécu sa vie, bizarrement. Elle nous a encore surprises, nous a encore fait pleurer, mais nous a légué une richesse rare, une liberté absolue : "la légèreté de l'humour". »
Gwendoline Hamon passe son enfance au Sénégal et découvre le théâtre grâce à ses grands-parents Nicole et Jean Anouilh. Actrice, et jeune metteur en scène elle est nommée aux Molière et a joué dans de nombreux films et pièces. Les Dieux sont vaches est son premier roman.

Mon avis (Juin 2014)

Pour une fois,  il ne s’agit pas réellement de mon avis puisque j’avoue, sans honte, ne pas avoir lu cet ouvrage, que certains qualifient de roman alors que d’autres évoquent plus volontiers un essai autobiographique. Gwendoline Hamon, son nom vous est peut-être étranger, mais sa généalogie doit l’être moins puisqu’elle est la petite fille du génialissime (bon là je m’emporte mais pour une fois que je trouve un artiste   réellement au-dessus de la mêlée  pour son époque)  Jean Anouilh . (Du reste, je constate, avec effroi, ne pas lui avoir consacré une ligne ici. Ce sera chose réparée d’ici peu je vous le promets).
Donc Gwendoline nous livre un témoignage poignant sur le décès de sa maman, intervenue alors qu’elle n’avait que 58 ans. Le crabe ou le cancer de l’utérus aura eu raison de cette femme, qui refusait de voir la réalité des choses. C’est cela que nous raconte l’auteur même si les noms des personnages ont  été changés. N’ayant pas lu ce livre et pourtant si intéressé par ce genre de témoignages, je vous livre en un mot, l’impression de ma moitié :

Je l’ai commencé et je ne l’ai plus lâché avant d avoir fini!!!c’est incroyablement attachant incroyablement vivant un livre qui va rester longtemps dans mon esprit...bien écrit.. certes. Mais singulier dans cette vie ou tout pourrait sembler écrit d’avance.. c’est un peu rassurant de lire que bien des histoires de familles sont réellement compliquées tant l’amour est vache... bravo à l’auteure


très bon livre : on ne tombe pas dans le dramatique comme beaucoup de livre "témoin" mais elle reste très lucide. Sans exagération dans l émotion  bien que l’écrit peut même choquer dans sa réalité. Tant le vécu parle d affecte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire