jeudi 20 décembre 2012

Giacometti Ravenne LUX TENEBRAE


LUX TENEBRAE. Giacometti Ravenne

Paris. 2010. Fleuve Noir / Pocket. 478 p.

(LP 518)

Présentation de l’éditeur : Eté 2010. Le commissaire et franc-maçon Antoine Marcas est déclaré mort, après avoir succombé à une blessure par balle. Mais l'histoire ne fait que commencer. Car par-delà sa propre mort, Marcas va mener la quête la plus incroyable qui lui ait été donné de vivre depuis son initiation maçonnique. Une expérience absolue qui a vu le jour il y a plus de trois mille ans... De l'Egypte d'Akhénaton aux Expériences de Mort Imminente en passant par l'origine cachée de la franc-maçonnerie, découvrez le nouveau Giacometti et Ravenne : un thriller initiatique au coeur des ténèbres... La série des aventures du commissaire Marcas a été traduite dans treize pays.

Mon avis (Décembre 2012) :

On retrouve donc le commissaire franc maçon, issu des esprits des deux écrivains dont on attend chaque opus comme une grande fresque ésotérique. L’opus présent ne manque pas de piquant, puisqu’il  commence par la mort de ce héros récurrent. Il ne s’agit nullement d’un rêve ni même d’un talent de l’imagination, mais bel et bien de la mort du commissaire, qui quelques pages plus loin, revient d’entre les morts pour mener à bien cette enquête. Appréciant l’ésotérique et les romans historiques, je ne peux que regretter ce retour à la vie, trop tiré par les cheveux (Je vous en laisse la primeur, mais toujours est-il que cette aventure est loin d’être la dernière de Marcas).

C’est en enquêtant sur un trafic d’œuvres d’art volés qu’Antoine Marcas se lance dans une quête, dont on découvre peu à peu, qu’elle est vitale pour l’humanité toute entière. Les ressorts changent peu mais on prend plaisir à retrouver le commissaire dans ces aventures. Autant vous dire, que le récit n’est pas une histoire de convalescence suite à la mort du héros, mais bel et bien une aventure frénétique comme toujours. Un rebondissement à chaque chapitre (ou presque) avec toujours l’imprécation de l’ésotérique dans l’intrigue et de l’histoire dans l’enquête.

Ici, Marcas doit faire face à des adversaires redoutables, et on sourit à la lecture de la révolte des personnes âges dans une maison de retraite. Est-ce la folie ou la démence qui les pousse à agresser sexuellement le commissaire ? Drôle d’histoire donc, nous menant dans les arcanes de la vie après la mort et de la résurrection, avec bien évidemment les mystères des sociétés maçonniques.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire