vendredi 16 mars 2012


VERITAS. 2006. MONALDI, Rita et SORTI Francesco. Traduit par VITTOZ Dominique

Paris. 2011. PLON. 740 p.

(LP 506)

Présentation de l’éditeur :

Vienne, février 1711. Le vieil abbé Melani, ancien castrat et espion de Louis XIV, est chargé d'enquêter sur un complot qui se trame contre le jeune empereur Joseph Ier.
Sur les traces du meurtrier, les crimes mystérieux se multiplient, la piste de Melani le mène à une découverte terrible : une conspiration à l'échelle internationale vise depuis des siècles les sommets de la puissance européenne.


Fresque puissante, polar nerveux, l'œuvre de Rita Monaldi et Francesco Sorti, truffée de révélations historiques et rythmée par un suspens irrésistible, dessine une Europe de complots, de dangers et de secrets.



Veritas est le troisième tome d'une série de sept romans ambitieux et palpitants.

Rita Monaldi est diplômée de philologie classique et spécialiste de l'histoire des religions. Francesco Sorti est musicologue, spécialiste de la musique italienne du XVIIe siècle. Leurs romans et essais (huit à ce jour) sont publiés en 27 langues et dans 61 pays. Le premier roman du duo d'auteurs italiens, Imprimatur
(2002), qui révélait les intrigues d'un pape du XVIIe siècle, a déchaîné en Italie un scandale littéraire et s'est vendu à plus d'un million d'exemplaires dans le monde entier. Rita Monaldi et Francesco Sorti sont mariés et vivent à Vienne.



Mon avis ( Mars 2012) :

 Décidément, le couple, à la ville comme derrière la machine à écrire, réussit à nous maintenir en haleine du début à la fin de ce troisième tome, qui, je ne fais pas durer le suspens plus longtemps, est à la hauteur des deux premiers. Toujours aussi talentueux ces deux tourtereaux, qui ne cessent de m’étonner de leur érudition.  J’entends déjà les mauvaises langues se plaindre de certaines lenteurs. Oui, mais notre ami, l’abbé Melani a pris de l’âge, revenant d’Outre Tombe. Que de mystères, certes. Mais, ne comptez surtout pas sur moi pour vous révéler quoi que ce soit de l’intrigue.

L’atmosphère est de nouveau si attachante, et pourtant, le jeune apprenti, devenu père de famille et ramoneur princier, nous emmène à la découverte de Vienne. Ne doutez pas que l’intrigant, ancien espion du roi Lumière, saura nous faire découvrir les charmes de cette ville, que se disputent les européens et  les musulmans. On se retrouve, à de nombreux moments, au Damoiseau, à une exception près, la traduction est bien plus fluide, et le plaisir est alors immense de se perdre dans les intrigues du pouvoir de ces superpuissances européennes de l’époque.

Si vous appréciez ces ambiances si érudites et mystérieuses, vous serez subjugués par Veritas, qui nous fait découvrir sous un nouvel angle la population d’Europe de l’Est. L’ironie pointe le bout de son nez.

Que puis-je regretter dans ce livre, que je conserve par devant moi ? Rien, si ce n’est peut – être, qu’il aura fallu 6 ans pour que ce livre soit enfin traduit en France, alors que les précédents sont désormais prohibés en Italie. Les auteurs ne sont pourtant pas si insolents que cela, sauf si on s’amuse à lire entre les lignes.  Qu’adviendra – t – il des 4 romans à venir ? Nul ne peut le dire encore. Mais qu’il soit dit ici, que ne pas pouvoir les lire serait insupportable.

Vous l’aurez compris, c’est un véritable coup de cœur, comme les deux précédents, que je ne saurai que trop vous conseiller.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire