jeudi 29 décembre 2011

La crise de la dette frappe le monde de l'édition

Peu de rapports en apparence entre la crise de la dette, qui frappe les économies occidentales et le marché du livre. Ce dernier a déjà été nettement ébranlé ces dernières années, notamment par la montée en puissance du livre numérique.  Mais, la crise de la dette a amené l’Etat à imposer un train de mesures d’austérité, visant à contenir le déficit public. Parmi ces mesures, la hausse de la T.V.A. (taxe sur la valeur ajoutée) de 5.5 % à 7 % a été décidée pour une application au 1er janvier.

Les professionnels du marché du livre ont eu beau protester, ils n’ont pas réussi à faire bénéficier aux livres d’un taux réduit à 2.10 %, ce qui aurait permis à la profession d’être plus sereine. Par contre, devant un marché atypique, le gouvernement a accepté de décaler cette augmentation de la T.V.A. pour les livres avec une application au 1er avril 2012.

Un marché atypique.
Car, le marché du livre reste un marché, dominé par des contraintes spécifiques. Ainsi, le prix unique du livre contraint – il les libraires mais aussi les éditeurs à devoir ré – étiqueter chacun des ouvrages, et les libraires auraient alors eu tendance à retourner aux éditeurs de nombreux livres invendus, afin d’éviter d’avoir à supporter ces frais importants de ré – étiquetage. Cette possibilité, offerte aux libraires, auraient mis à mal la trésorerie et la survie des petits éditeurs. D’autant, que contrairement à beaucoup d’autres secteurs, la librairie traditionnelle reste un secteur à stocks importants, puisqu’on estime le stock des librairies traditionnelles à plus de 100 millions d’ouvrages.  Les 3 mois de sursis obtenus permettront donc d’étaler ce surcout important pour le secteur.
Ce secteur de l’édition souffrait déjà depuis quelques années de la concurrence de l’édition électronique, qui elle, verra son taux de T.V.A. passer de 19.6 % à 7 % au 1er janvier 2012, ne laissant alors à l’édition classique un sursis de 3 mois avant d’entrer en conflit direct avec les Kindle et autres tablettes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire