lundi 13 juin 2011

Robert DARNTON. Apologie du livre

Apologie du Livre. Demain, aujourd’hui, Hier. DARNTON Robert. Traduit par  SENE Jean – François.
Paris. Gallimard.2010. NRF Essais. 218 p.
(L 146)

Présentation de l’éditeur :
Voici venu le temps des petits prophètes. Ils susurrent que le papier est voué à disparaître, ils se réjouissent de la mort du livre, qui les dispense, croient-ils, d'en lire, ils clament l'avènement du tout-numérique et de sa révolution. Mais l'univers des prophéties est loin de notre monde réel. Robert Darnton met en parallèle les moyens électroniques de communication avec la puissance libérée par Gutenberg voilà plus de cinq siècles, il en mesure les effets anthropologiques sur la lecture, il aune les avantages mutuels qui lient bibliothèques et Internet, il examine enfin nombre de problèmes d'ordre pratique, c'est-à-dire culturels - par exemple, pourquoi maintenir les acquisitions de livres imprimés tout en accroissant la place faite au numérique, support désormais privilégié par les jeunes générations ? Comment légitimer les monographies numériques aux yeux des conservateurs pour qui un livre ne peut exister que sous forme imprimée ? Par quel paradoxe la bibliothèque, en apparence la plus archaïque des institutions, est-elle, du fait de sa position au coeur du monde du savoir, l'intermédiaire idéal entre les modes de communication imprimés et numériques ? Chemin faisant, le lecteur découvre comment le livre met en forme la matière du monde, combien les processus de transmission modifient les textes mêmes, pourquoi le papier n'est pas entièrement remplaçable par le fichier numérique. que Shakespeare prouve la nécessité de conserver plus d'un exemplaire d'un livre, et ce que serait une République numérique des Lettres.
Robert Darnton, ancien journaliste, historien du livre et aujourd’hui directeur de la Bibliothèque universitaire de Harvard, l’une des principales au monde, signe ici un livre non pas d’oraison, mais de raison gardée.
Mon avis (Juin 2011) :
Historien du livre, Robert Darnton répond ici à ceux, proclamant – ou attendant – la disparition du livre, en consacrant la suprématie du numérique. Son expérience d’ancien journaliste l’amène à nous présenter l’héritage de Gutenberg, en soulignant la multiplication des (r)évolutions dans cette transmission du savoir.
Il nous relate, en tant qu’universitaire, les difficultés –voire l’impossibilité – pour tout étudiant – chercheur de se faire publier, alors que l’édition d’une monographie reste le sésame pour les voies royales de la recherche. Admettant la solution, que pourrait constituer le numérique, il nous explique, concrètement, l’importance de faire coexister le livre à ces nouvelles technologies.
On découvre, que ce directeur de Bibliothèque Universitaire croit fermement en l’utilité, et surtout en l’avenir du livre, tout en reconnaissant l’apport offert par la numérisation. On s’effraie à l’évocation des destructions de livres – dans le seul but d’en faciliter la numérisation - , alors qu’on sourit en voyant les universitaires préférer les collections papiers des journaux aux microfilms, si vite usés et inutilisables.
Nous mettant en garde contre l’hégémonie de certaines sociétés dans le domaine de la numérisation, Robert DARNTON nous livre  un fantastique plaidoyer pour la conservation des livres mais aussi pour la poursuite de la production littéraire.
Dans un style précis et clair, à travers une organisation simple et compréhensible, Robert DARNTON nous livre donc un essai, qui se lit d’une traite, et nous rend un peu plus optimiste quand à l’avenir de cet objet de nos passions : le livre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire