samedi 19 février 2011

SARDOU, Romain. Quitte Rome ou Meurs.

QUITTE ROME OU MEURS. SARDOU, Romain
Paris. 2009. XO Editions. 183 p.
(LP449)

Présentation de l’éditeur :

« Je ne sache pas de devoir plus cher que celui d’inculquer la sagesse à un jeune ami »
L’an 62 ap. J.-C., Néron règne en despote sur l’empire romain. Pour l’avoir offensé, le jeune patricien Marcus est condamné à mort. Traqué par la garde prétorienne, il doit fuir Rome et ses plaisirs et se cacher dans les provinces lointaines.
Trahi par sa famille, coupé de ses partisans, Marcus n’a plus qu’un seul allié, le grand Sénèque, avec qui il entame une correspondance secrète. A soixante ans, philosophe, grand littérateur, Sénèque est l’Homme le plus célèbre de l’empire, mais vit retiré sur ses terres, occupant ses journées à lire et à écrire.
Tout en déjouant les pièges de ses poursuivants, Marcus, jusque – là frivole et impétueux, applique les conseils de son illustre ami, et reçoit au fil des lettres une magnifique leçon de vie et d’intelligence.

A travers les péripéties de la fuite de Marcus, c’est la Rome de Néron qui renaît, fascinante et inquiétante. A travers sa correspondance avec Sénèque, c’est une philosophie pratique de la vie qui se transmet jusqu’à nous, intemporelle malgré ses deux mille ans d’âge, et répond brillamment à cette question à laquelle nul n’échappe :
Qu’est – ce que vivre et comment être heureux ?

Après les grands succès de ses romans historiques ou policiers, Pardonnez nos offenses, Délivrez-nous du mal et Personne n’y échappera, voici que Romain Sardou revient avec un roman de philosophie. Tirées des célèbres lettres à Lucillius, les missives signées de Sénèque sont authentiques…sauf quelques – unes que les passionnés s’emploieront à retrouver.

Mon avis ( Mai 2010)
Friand des ouvrages de Romain Sardou – même si j’ai déjà connu quelques déceptions avec lui - , je fus perplexe en découvrant que son nouveau roman – le fait de présenter son récit sous la forme unique d’un échange de correspondance reste très percutant et attirant - , s’inspirant des lettres à Lucillius ( ouvrage de Sénèque, que je conseille à tout un chacun comme livre de chevet) , traitait plus de philosophie que d’intrigues.
S’inspirant donc librement de l’auteur antique – certaines de ses lettres ont été retranscrites, alors que d’autres sont issues de l’imagination de Mr SARDOU - , l’auteur nous invite à suivre Sénèque, qui aide un jeune de ses amis, un sénateur, abandonné de tous. La présence de ce personnage, dont la vie est compliquée, donne le caractère romanesque et « divertissant » à ces lettres , qui ne pouvait se sentir dans l’échange de lettres entre deux vieux amis, qu’étaient Lucillius et Sénèque.
Si le but de Romain SARDOU était de donner envie de lire ou relire les lettres à Lucillius, le pari me semble réussi, tant il arrive à faire naître le désir d’en savoir plus, d’aller plus en avant dans cette sagesse de la vie. Si son but était en revanche de nous proposer un roman original et captivant, le pari est tout à fait manqué, puisque QUITTE ROME OU MEURS reste un ouvrage épistollaire, dont l’objectif reste de nous aider à répondre à cette question :  Comment être heureux ?
Et, si la réponse à cette question était de lire des romans, mais aussi Quitte Rome ou meurs.

1 commentaire:

  1. J'ai un gros problème avec lui : c'est le fils de son père... et je n'y peux rien. J'ai toujours peur qu'il y ait quelques coups de pub derrière ça !!!! et je n'ose franchir le pas

    RépondreSupprimer