samedi 19 février 2011

GARRIDO Antonio. La Scribe

LA SCRIBE . 2008. GARRIDO Antonio


Paris. Presses de la Cité . 2009. 501 pages.
Traduit de l’espagnol par Maryvonne SSOSSE
(LP 429)
Présentation de l’Editeur :


Et si une jeune scribe tenait entre ses mains le destin de l’Occident ?
Franconie, An 799, à la veille du sacre de CHARLEMAGNE. Fille d’un scribe byzantin, THERESA est apprentie parcheminière. Contrairement aux jeunes femmes de son âge, dont le rêve est de fonder une famille, elle n’aspire qu’à une chose : vivre parmi les livres. Mais un drame l’oblige à quitter sa ville et à se réfugier dans la cité abbatiale de FULDA
Là, elle devient la scribe du moine Alcuin d’York, véritable Sherlock HOLMES en robe de bure. Alors que Theresa l’assiste dans ses enquêtes, elle découvre que, dans sa fuite, elle a emporté à son insu un précieux parchemin qui pourrait bien sceller l’avenir de la chrétienté…
A travers les aventures de Thérésa, jeune femme hors norme et attachante, La Scribe évoque une page décisive du christianisme au Moyen Age. Coups de théâtre, érudition et étonnants personnages fictifs ou réels sont les ingrédients de ce roman historique au rythme trépidant.

Mon avis :


Thérèsa est notre guide dans les us et coutumes de ce IXème siècle naissant. L’intrigue, fort bien menée et à rebondissements, nous tient en haleine du début à la fin, avec un personnage si mystérieux, ALCUIN, tour à tour, mentor, fourbe, glorieux, maître à penser,….Très bien documenté, ce roman, même si il reste une histoire, nous dévoile un fait méconnu de l’Histoire, et comme pour un palimpseste, il faudra gratter et patienter pour en comprendre les tenants et les aboutissants.
Antonio GARRIDO, et sa traductice Maryvonne SSOSSE, réussisse le pari de nous entrainer dans ce roman, imprégné d’érudition et de faits historiques, en nous promettant de découvrir, en même temps que le murissement de notre héroïne, la clé de ce suspens.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire