jeudi 10 février 2011

CALMEL, Mireille. TERRA INCOGNITA

LA REINE DE LUMIERE . Terra Incognita. CALMEL Mireille

Paris. 2010.XO Editions. 443 p.
Présentation de l’éditeur :
A l’heure où, bouleversée par la mort du Prince DJEM, la duchesse Hélène quitte les splendeurs et les intrigues du Vatican pour la France, un crime irréparable se prépare dans les recoins les plus secrets du château des Sassenage.
Qui l’empêchera ?
La belle Algonde, délivrée enfin de sa malédiction ? Sa fille ELORA, qui chemine inexorablement vers son destin ? Enguerrand le guerrier blessé ? Mounia l’égyptienne ? Pau à peu, depuis la Sardaigne, Rome ou Istanbul, arrivent ceux qui de tout temps ont été destinés à mener l’affrontement final.
Mais, le mal aux multiples visages rôde, sournois et invisible, autour de chacun. Et bien fol serait celui qui tenterait de prédire l’issue de ce combat fatal entre l’ombre et la lumière…
Le dernier tome de cette extraordinaire saga enchantera les lecteurs de Mireille Calmel, dont les romans aux héroïnes entières, fières et courageuses connaissent un immense succès : rappelons Le lit d’Aliénor, Le Bal des Louves, Lady Pirate et le Chant des Sorcières, vendus à deux millions d’exemplaires et traduits dans plus de dix pays.
Mon avis (2010)
Dernier épisode  de cette  Saga des Hautes Terres – Après les trois tomes du  chant des sorcières et La reine de Lumère, Elora - , cette Terra incognita nous semble, pourtant, dès les premières pages, si familière. Les héros et héroïnes nous sont connus, leurs succès et leurs tourments.
Familiers de ces personnages, mais si impatients et curieux d’en connaître lé dénouement pour chacun d’entre-eux. C’est peut-être le sort du dernier tome d’une telle saga. On l’entame, à regret, à reculons presque, tant on sait qu’il s’agira de la dernière fois que nous nous retrouverons en la présence de ces personnages. Toutes les histoires ont une fin, et cette terra incognita nous dévoile la fin de celle  - ci.
Restant fidèle à mes propos et à mes convictions, je ne parlerai pas de l’intrigue, du dénouement, du sort fait à chacun et chacune. Mireille CALMEL reste fidèle à son talent, mélant ici encore les destins croisés de ses protagonistes, avec l’Histoire mais aussi avec les légendes et traditions populaires. Passant de l’un à l’autre, elle nous dévoile le fil, dont très vite on pressent le chemin.
La présence du paranormal , de l’ésotérisme … y est beaucoup plus présente – trop peut-être-  que dans les précédents, mais l’écriture y est soignée (une fois de plus), concise , et la documentation, dont l’auteur s’est entourée, se ressent sans s’afficher, et c’est une véritable prouesse.
Malgré quelques déceptions quand à la narration proprement dite – le sort de Matthieu entre autre, ou le destin d’Algonde – je ne cacherai pas mon contentement et mon plaisir, d’avoir, pendant plus d’un an , suivi les aventures de ce clan des Sassenage. Mireille CALMEL aura, et c’est la seconde fois, après le Bal des Louves,  réussi à me tenir en haleine et me faire vivre aux rythmes des épopées d’Hélène, des crimes de Marthe, ou des délices de maître Janisse…
A découvrir sans retenue donc, et encore une fois félicitations à l’auteur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire