samedi 19 février 2011

BERRY, Steve. L'énigme Alexandrie

L’Enigme ALEXANDRIE.2007. BERRY, Steve. Traduit par SMITH, Françoise
PARIS.2008. Le Cherche Midi. 600 p.
Présentation de l’éditeur :
50 avant J.C. : La bibliothèque d’Alexandrie, qui renferme le savoir de toute l’humanité, disparaît aussi soudainement que mystérieusement.
1948, Palestine : Georges Hadad, fils d’un érudit et combattant palestinien, reçoit la visite d’un étrange individu porteur de secrets, un Gardien.
2007, Copenhague : Cotton Malone, retraité du département de Justice américain, pensait pouvoir profiter de sa boutique de livres anciens. Mais une mystérieuse organisation kidnappe son fils et lui donne 72 heures pour retrouver Georges Haddad.
Malone doit, s’il veut sauver son fils, affronter tous les dangers pour retrouver Haddad, dont la connaissance des écrits disparus depuis plus de 2000 ans pourrait bien bouleverser la face du monde…

Mon avis personnel ( Septembre 2010)
Ayant découvert Steve BERRY par La prophétie CHARLEMAGNE , j’ai entamé ce roman avec l’espoir de retrouver l’ambiance propre aux aventures de cet ancien agent secret, Cotton MALONE, mais aussi avec l’angoisse de ne pas retrouver le plaisir, éprouvé à la lecture des dernières aventures du jeune retraité devenu libraire. Admettons tout de suite, que cet opus égale, à mes yeux, le dernier (même si la surprise n’est plus aussi prenante). Le mélange des genres s’impose. A la conspiration politique, menée par une organisation secrète (L’ordre de La toison d’Or) répond la bataille religieuse entre les trois religions monothéistes. Aux actions dangereuses et musclées de Cotton, et de son ex-épouse-la passion amoureuse se limite ici à une nostalgie du temps passé – s’oppose le récit historique de cette merveille du monde, que fut la Bibliothèque d’Alexandrie….
On tremble donc, lorsque l’on croit découvrir l’origine des querelles entre les 3 grandes religions, mais aussi lorsque le président des Etats Unis semble condamné à mourir.
Avec une écriture fluide, Steve BERRY réussit à nous maintenir en haleine, tout en nous interrogeant –et en nous apprenant des choses -. Il a l’honnêteté de dévoiler une partie de ses sources, en fin d’ouvrage, nous donnant ce qui est attesté de ce qui sort de son imagination.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire