samedi 22 janvier 2011

DELALANDE, Arnaud. LES FABLES DE SANG



FABLES DE SANG (Les). DELALANDE Arnaud

PARIS. 2009. Editions Bernard GRASSET. 389 p.


(LP 441)


Presentation de l’éditeur :

Un tueur en série dans les jardins de Versailles. Une jeune reine menacée. Un agent secret vénitien. Des Fables au gout de sang. Des espions anglais, des inventions diaboliques, des secrets d’alcôve, des crimes énigmatiques, des fables que vous n’oublierez jamais.

Arnaud Delalande a 37 ans. Il est scénariste pour le cinéma et la bande dessinée. Son dernier roman publié chez GRASSET, le piège de DANTE est déjà traduit en 19 langues.


Mon avis :

On retrouve Pietro Viravolta de Lansalt, qui avait du quitter la sérénissime  suite à l’affaire DANTE au printemps 1756, à PARIS en ce mois de mai 1774 au sein du service du Secret du Roi. Ce service secret permettra à Arnaud DELALANDE de nous faire vivre les intrigues de Cour, les disgrâces des puissants…, d’autant plus que LOUIS XV se meurt, et que se prépare sa succession…Le petit fils du défunt monarque, le futur LOUIS XVI, ignorait même jusqu’à l’existence du Secret du Roi….

C’est dans ce contexte, que le Secret voit plusieurs de ses agents, et leur entourage, assassinés de manière atroce. Sur ces lieux d’assassinat, le secret retrouve à chaque fois une fable de Jean de LA FONTAINE, censé présenter le meurtre. Un tueur en série machiavélique , signant ses lettres de la lettre F pour le Fabuliste.  Mais, en 1770, alors que de graves menaces pesaient sur la nouvelle dauphine, Marie Antoinette, VIRAVOLTA, surnommé l’Orchidée Noire, avaient déjoué un complot et tué le Fabuliste, l’original. En mourant ce dernier lui avait promis que le Fabuliste n’était pas mort, et qu’il reviendrait.

Viravolta a donc du mal à démêler cette intrigue, alors que le Fabuliste échoue, par deux fois, à l’assassiner, notamment en l’enfermant dans une cage seul avec un lyon…

Qui se cache derrière ce pseudonyme ? Un imitateur, un homme, revenu de la mort…..

Formidable ouvrage d’Arnaud DELALANDE, qui nous tient en haleine du début à la fin. Avec un style léger et aéré, il nous entraîne dans une enquête, dont l’issue apparaît au départ impossible…

A lire absolument…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire